Conférenciers principaux

(Nous en rajouterons sur cette page au fur et à mesure que leur participation sera confirmée.)

Leigh Bursey

Leigh Bursey en est à son deuxième mandat comme conseiller municipal de Brockville. Il a 30 ans et est issu de la pauvreté. Travaillant main dans la main avec une variété d’organismes de justice sociale, et auteur-compositeur-interprète avec le groupe Project Mantra, Leigh a autrefois connu l’itinérance durant l’école secondaire à cause d’un domicile instable et des périls de la violence domestique. Il est également un auteur, l’animateur d’une émission télévisée locale, le président de la Brockville Non Profit Housing Corporation et un membre du conseil d’administration de l’Association du logement sans but lucratif de l’Ontario. Plus tôt dans l’année, Leigh a produit un disque compact de compilation avec sa maison de disques Recovery Records qui mettait en vedette quatorze artistes de la région de la capitale, et dont les profits bénéficient à À voix égales et à l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance.

Maire adjointe Jenny Gerbasi

Jenny Gerbasi a obtenu son diplôme de la faculté des sciences infirmières de l’Université du Manitoba en 1986 et a mérité la médaille d’or de l’université. Elle a travaillé à titre d’infirmière auprès du VON pendant 11 années et a enseigné les sciences infirmières à l’Université du Manitoba. Jenny a été élue conseillère pour la première fois à Fort Rouge, quartier East Fort Garry, en octobre 1998, a été réélue en 2002, 2006, 2010 et 2014, et est maintenant maire adjointe. Jenny est la représentante à Winnipeg du conseil d’administration de la Fédération canadienne des municipalités depuis 2007 et siège actuellement à titre de présidente de la FCM. Elle représente Winnipeg Transit et et est membre du conseil d’administration de l’Association canadienne du transport urbain depuis 2005. Elle était la première femme à siéger au comité des bâtiments historiques et en fait ainsi depuis 2000. Jenny s’est fait la championne de causes telles le Rapid Transit, le logement du centre-ville, les enjeux environnementaux, la sécurité des quartiers et la participation des citoyens dans la planification urbaine et le gouvernement municipal. Jenny a également siégé au comité consultatif d’accessibilité pendant 12 ans, alors que Winnipeg est devenue la première ville au Canada à mettre en œuvre une politique de conception universelle. Jenny a trois enfants et un petit-enfant.

Ryan McMahon

Ryan McMahon est un humoriste, écrivain, créateur d’œuvres médiatiques et membre actif de la communauté Anishinaabe basé dans le territoire couvert par le traité no 1 (Winnipeg, Manitoba). Armé d’un baccalauréat en théâtre et à titre de diplômé du prestigieux Second City Conservatory (Toronto), Ryan a façonné un don de raconteur humoristique au rythme effréné, décontracté et irrévérencieux tandis qu’il explore les bons et les mauvais côtés de la relation entre les contrées indiennes et le grand public.

Depuis 2010, Ryan a enregistré trois émissions humoristiques nationales (Welcome to Turtle Island Too, UnReserved et Red Man Laughing) et a filmé deux galas au cours du prestigieux Winnipeg Comedy Festival. En 2012, il est devenu le premier comédien autochtone à enregistrer une émission spéciale humoristique complète pour le grand public avec Radio-Canada (Ryan McMahon UnReserved) et plus tard dans l’année il a fait ses débuts au prestigieux Festival Juste pour rire à Montréal, Québec, où il a été ajouté à la liste des nouveaux visages du festival.

La dernière émission humoristique spéciale de Radio-Canada de Ryan, Red Man Laughing, est passée sur les ondes à l’échelle nationale sur CBC Radio 1 en 2015.

Une tournée canadienne est prévue en 2017 pour son nouveau spectacle sur scène, Wreck-On Silly Nation. Ce spectacle aborde des thèmes gigantesques tels la réconciliation, la fête des 150 ans du Canada et les subtilités de la tourtière d’orignal.

Ryan a écrit pour le Globe & Mail, VICE, CBC, CBC Aboriginal, APTN et d’autres.


Dre Pam Palmater

La docteure Pam Palmater est une avocate Mi’kmaw, une auteure, une militante pour la justice sociale, préside au département de gouvernance autochtone à l’Université Ryerson et est membre de la Première nation d’Eel River Bar au Nouveau-Brunswick. Elle détient quatre diplômes universitaires, dont un baccalauréat en études autochtones de St. Thomas, un baccalauréat en droit de UNB et une maîtrise et un doctorat en droit de l’Université Dalhousie avec une spécialisation en droit autochtone.

Pam fait du bénévolat et travaille dans le domaine des questions autochtones depuis plus de 25 ans dans le cadre d’un large éventail d’enjeux tels la pauvreté, le logement, l’éducation, les droits et les traités autochtones, et les lois ayant une incidence sur les Premières nations. Elle était l’une des porte-paroles et éducatrices publiques pour le mouvement Idle No More de 2012 à 2013 et poursuit depuis sa fonction de défense d’intérêt public sur de nombreuses tribunes.

Elle a mérité une multitude de prix pour sa défense de la justice sociale, généralement au nom des Premières nations et spécifiquement au nom des femmes et des enfants autochtones, y compris le Prix Femme de mérite pour la justice sociale du YWCA en 2012, le Women’s Courage Award en justice sociale en 2012, Bertha Wilson Honour Society en 2012 et la mention d’un des cinq meilleurs avocats influenceurs dans la catégorie des droits de la personne de la revue Canadian Lawyer, Canada’s Top Visionary Women Leaders en 2014 et le prix de distinction des anciens élèves de UNB en 2015.

Maire Madeleine Redfern

Madeleine Redfern, LLB, est née au Nunavut. Elle est actuellement la maire de la ville d’Iqaluit. Madeleine détient plus de 25 ans d’expérience dans le domaine du logement, de l’éducation, de l’emploi et de la formation, de la justice, des services communautaires, de la garde préscolaire d’enfants, des soins de santé, des affaires et du développement économique, et de la gouvernance. Elle a fait des études en droit à la faculté d’Akitsiraq et est diplômée en droit de l’Université de Victoria. Après avoir terminé ses études, elle a travaillé à la Cour suprême du Canada, puis à titre de recherchiste juridique avec Nunavut Tunngavik Inc, directrice exécutive de Qikiqtani Truth Commission et en tant que présidente du Nunavut Legal Services Board. Dans l’exercice de ses fonctions, elle a accompli des travaux d’envergure dans le domaine de la gouvernance, du droit, de la législation et de la politique. L’expertise de Madeleine est fondée sur la formation de partenariats et le développement des capacités locales afin d’avancer vers l’objectif de l’autonomie gouvernementale et de bonne gouvernance.

Beth Sandor

Beth est professeure principale à Communuty Solutions, où elle codirige les stratégies de changement de l’organisme pour aider les collectivités à éliminer l’itinérance partout aux É.-U. et dans le monde. À ce titre, elle dirige la campagne nationale de l’organisme Built for Zero, une suite fidèle à la campagne 100 000 Homes conçue pour aider un groupe dévoué de 70 communautés à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre fin à l’itinérance chronique et des anciens combattants. Beth apporte plus de 15 années d’expérience dans le domaine des logements supervisés et du développement communautaire aux États-Unis et dans le Royaume-Uni. Entre 2010 et 2014, elle a supervisé l’amélioration de la qualité dans le cadre de la campagne 100 000 Homes, et ses travaux ont été remarqués dans les colonnes du New York Times et le Harvard Business Review. Beth possède un baccalauréat du Boston College.


Jesse Thistle

Jesse Thistle est un Métis-Cri du côté de sa mère et Algonquin-Écossais du côté de son père. Jesse est diplômé de P.E. Trudeau et Vanier, et a mérité une médaille d’argent du Gouverneur général. À l’heure actuelle, il prépare son doctorat en histoire à l’Université York sous la direction de Dre Carolyn Podruchny. Son périple de toxicomane sans abri à étudiant universitaire couronné de succès est inhabituel parmi les étudiants diplômés, mais son itinéraire d’expériences vécues a façonné la manière dont il aborde les études sur l’itinérance, l’histoire autochtone, le travail social et les études sur les accoutumances.